François Margot : L’Abbé-Président, le hasard et la curiosité.

14 août 1953 –

 

Tourné le 31 mai 2019 à Vevey.

http://www.plansfixes.ch/films/francois-margot/

 

> Pendant cinquante minutes, François Margot a parlé de lui et de la Fête des Vignerons de Vevey 2019. L’interlocuteur résume : « Donc vous êtes un Honnête Homme ! » L’Abbé-Président de la confrérie des vignerons confirme le constat. Il incarne l’idéal de personnalité du classicisme français, tel que Nicolas Faret l’a décrit dans son livre en 1630 : L’honnête homme ou L’art de plaire à la cour. – Une rencontre impressionnante. <

 

Il y a trente ans, Patrick Ferla était une grande voix en Suisse romande. Sur les ondes de Radio Suisse Romande la Première, il réalisait une émission matinale intitulée Petit déjeuner. Elle était reprise par Radio Suisse Internationale et diffusée dans le monde entier sur ondes courtes. Chaque matin à 9 heures, des célébrités s’asseyaient à la table du petit déjeuner dans le studio de Lausanne, et la première question de Ferla était : « Café, thé ou chocolat ? » Ainsi décontracté commençait une émission qui présentait jour pour jour une belle conversation conviviale.

 

Pendant que la musique jouait, les invités pouvaient croquer un morceau de leur croissant et prendre une gorgée de café, de thé ou de chocolat. Ensuite, Patrick Ferla poursuivait la conversation. Il l’arrangeait de la manière improvisée et bienveillante du commissaire Maigret qui, jadis, au Quai des Orfèvres amenait les malfaiteurs à l’aveu.

 

La même chose se passe maintenant dans les Plans Fixes. Patrick Ferla dé-couvre au sens strict du terme le caractère de la personne interviewée, pour s’exclamer à la fin : « Vous êtes un Honnête Homme ! » Le président de la confrérie des vignerons ne peut que confirmer le constat – tout comme le spectateur averti. En effet, l’Honnête Homme du 17e siècle était, selon le Brockhaus, « universellement instruit, plein de tact, maître de la conversation et de la communication ; il se montrait un observateur discret mais attentif. »

 

Mais qu’est-ce que la Confrérie des vignerons ? Une fraternité (d’où le titre Abbé) avec des devoirs de guilde (d’où le titre Président). Lorsque la Fête des Vignerons tombe dans son mandat, l’Abbé-Président devient le maître d’œuvre d’un « Mega-Event » qui s’étale sur la place du Marché de Vevey, mobilisant des centaines de bénévoles et, comme en 2019, faisant accourir des dixaines de milliers de personnes de toute la Suisse.

 

Lorsqu’on entend parler François Margot, un homme qui a absorbé le format cosmopolite dans la maison de ses parents et au collège de Saint-Maurice, on comprend ce que signifie le titre de patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO. (La région viticole de Lavaux, toute proche, est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2007).

 

Ce n’est donc pas anodin – surtout à une époque où tout s’est mis à glisser – que les ancêtres de Margot aient déjà présidé la confrérie des vignerons. Pour la Fête de 1955, le grand-père de François s’est fait pousser la barbe. Quand il a pris le petit de deux ans dans ses bras et l’a embrassé, ses cheveux lui ont piqué les joues. Aujourd’hui, l’homme de 65 ans se rappelle à ce détail. Il se souvient également que la maison était pleine de couleurs, parce que les membres de la famille se déplaçaient en costume. Pas étonnant que François se soit occupé des costumes lors des deux Fêtes suivantes, en 1977 et 1999.

 

Les préparatifs ont eu lieu « dans cette maison ». Et « à cette table », ses pères rencontraient les artistes de théâtre, les chorégraphes et les compositeurs. Ainsi, l’entretien avec François Margot rappelle ce qu’exige la continuité : l’enracinement. Et cela signifie à son tour : l’engagement. Par cooptation, François Margot a été nommé 36e abbé-président, rejoignant ainsi une longue lignée de prédécesseurs.

 

Cooptation signifie, pour citer une fois de plus le Brockhaus, « l’élection de nouveaux membres d’un groupe par ceux qui appartiennent déjà à ce groupe ; aujourd’hui, cela n’est habituel que dans les associations ou entreprises. En règle générale, seuls sont élus (cooptés) ceux qui sont supposés s’intégrer au groupe. D’une part, cela permet une relative stabilité du groupe, mais d’autre part, cela tend à éliminer les influences nouvelles ou critiques. (→ élites) »

 

La conversation de Patrick Ferla avec François Margot révèle tous ces thèmes. Mais surtout, l’existentiel. Dans « Der Kampf mit dem Drachen », un guide de la sociologie, Farhad Afshar, Eva Gerber et Peter Schädelin expliquent : « La mort est la première et fondamentale prémisse de la sociologie. Elle est la principale contradiction de la vie. Il existe un déséquilibre structurel entre l’individu et le collectif : l’individu meurt alors que le collectif continue d’exister. Par le biais des institutions, le collectif garantit la continuité au-delà de la mort individuelle. La mort subie par l’individu est absorbée par la collectivité. »

 

Parce que le monde est ainisi fait, François Margot ne participera pas à la quatorzième Fête des Vignerons. Et la grande majorité des lecteurs de cet essai non plus. Mais des centaines de bénévoles et des dixaines de milliers de visiteurs continueront de s’assembler sur la place du Marché à Vevey, et ceux qui y seront pourront témoigner.

67 Views
Kommentare
()
Einen neuen Kommentar hinzufügenEine neue Antwort hinzufügen
Ich stimme zu, dass meine Angaben gespeichert und verarbeitet werden dürfen.*
Abbrechen
Antwort abschicken
Kommentar abschicken
Weitere laden