Pierre Alain Tâche : Poète et magistrat.

24 oktobre 1940 –

 

Tourné le 12 septembre 2008 à Lausanne.

http://www.plansfixes.ch/films/pierre-alain-tache/

 

> Dans la rencontre avec Pierre Alain Tâche, on peut lire ce qui fait un poète au sens classique du terme : la modestie, l’introversion silencieuse, le regard et l’écoute étonnés, la réceptivité à l’appel de l’au-delà à travers les choses. – Le fait que Pierre Alain Tâche ait gagné sa vie en tant que juge au Tribunal cantonal vaudois jusqu’à sa retraite n’est que brièvement évoqué dans son portrait. <

 

La maison à Lausanne, note l’interlocuteur, est pleine de tableaux. Une partie a été peinte par Claire Nicole, la femme de Pierre Alain Tâche, et l’autre partie par des amis artistes. Le film ne précise pas si les peintures ont été obtenues par achat ou par échange. Il faudrait aller voir les peintres pour vérifier s’ils ont des poèmes accrochés aux murs comme dans la maison de Gottschalk. Car il faut savoir :

 

Dans le cadre de l’édition historico-critique complète de Rainer Maria Rilke du germaniste d’Osnabrück Christoph König, actuellement en cours d’élaboration, la Süddeutsche Zeitung a rapporté mercredi dernier (15.7.20) : « Les incendies des forêts californiennes de 2018 ont détruit près de 4000 kilomètres carrés de terres sur la côte ouest américaine. En outre, elles ont également fourni un exemple de la difficulté à obtenir une vue d’ensemble de tous les écrits de Rainer Maria Rilke. Car à cette époque, la villa de l’artiste Thomas Gottschalk à Malibu a également brûlé, et avec elle un important manuscrit de Rilke. La femme de Gottschalk a réussi à sauver les chats et les toilettes pour chats, mais l’autographe du poème peut-être le plus célèbre de Rilke, La Panthère, qui avait été accroché au mur à Malibu, a été détruit par les flammes. ‹ Cette feuille n’a été enregistrée nulle part › , déclare Christoph König. ‹ Nous ne l’avons appris qu’après sa destruction.› »

 

Mais peut-être que ce destin ne peut pas menacer le travail de Pierre Alain Tâche ; il suffit qu'il ait été créé non pas sur papier, mais dans l’ordinateur, tout comme les essais des Réponses aux Plans Fixes. Là, les textes sont « sécurisés » dans un sens auquel aucun poète n’aurait jamais pensé auparavant – tout comme « cloud » est devenu synonyme d’éternité.

 

Le film ne révèle pas comment l’écriture de Pierre Alain Tâche se fait. Le travail de cordonnier n’est pas un sujet de conversation dans l’entretien que Charles Sigel fait avec le poète pour les Plans Fixes. Mais en abondonnant la production concrète, la conversation est désormais aussi insigifiante qu’un examen oral en littérature.

 

Beaucoup, beaucoup de noms tombent. Ils forment un système de références qui ne dit quelque chose qu’à ceux qui peuvent donner un sens à ces noms. Ce sera difficile à l’ouest de la ligne Nice–Genève–Strasbourg. Car dans la Grande Nation, les poètes régionaux ne sont pas très populaires.

 

Ce que Pierre Alain Tâche dit de la poésie, jusque dans les détails des formulations, coïncide avec les vues de Goethe sur les termes moment et éternité, spécial et général, créatif et intellectuel. Cela s’explique probablement parce qu’un texte ne devient « significatif » (comme l’aurait dit Goethe) que lorsqu’il se prête à une lecture symbolique.

 

Pierre Alain Tâche n’est pas le seul avocat de la francophonie à s’être tourné vers l’écriture littéraire. À l’autre rive du lac Léman, à Thonon-les-Bains, l’avocat Henry Bordeaux (1870-1963) a créé une oeuvre de 43 titres. En 1919, elle l’a amené à l’Académie française. Des tirages de 500 000 exemplaires ne sont pas rares. La traduction des livres en différentes langues, dont le japonais, renforcent la réputation. Henry Bordeaux est un des auteurs les plus populaires en France jusqu’au début de la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui, son nom est oublié.

 

Son sort se répète chez Virgile Rossel (1858-1933). Fils d’un agriculteur de Tramelan dans le Jura bernois, Virgile Rossel devient professeur de droit à l’université de Berne à l’âge de 25 ans et juge fédéral à Lausanne à 54 ans. Sa version du Code civil suisse (entrée en vigueur en 1912) a tenu cinquante ans et est toujours valable aujourd’hui. Outre son travail de professeur, de conseiller national, de juge fédéral et de recteur d’université, Virgile Rossel a écrit 35 oeuvres littéraires : poésie, drames, nouvelles – dont, en 1931, un roman féministe intitulé : « Ce que femme veut... ». Aujourd’hui, le nom de Virgile Rossel est oublié.

 

Ainsi va le monde : « On ne se souvient pas de ce qui est ancien ; et ce qui arrivera dans la suite ne laissera pas de souvenir chez ceux qui vivront plus tard. » (Ecclésiaste 1, 11) Et pourtant - ou peut-être à cause de cela, comme le disait notre professeur d’allemand Werner Hadorn (lui aussi oublié) – Pierre Alain Tâche, 79 ans, continue d'écrire. En cette année 2020, la première partie des Carnets a été publiée à Vevey par les Éditions de L’Aire sous le titre Champ libre I. – Mais il y a plus de deux mille ans que l’Ecclésiaste a levé le doigt : « Mon fils, laisse-moi t’avertir ! On ne finirait pas, si l’on voulait faire un grand nombre de livres ». (12, 14)

66 Views
Kommentare
()
Einen neuen Kommentar hinzufügenEine neue Antwort hinzufügen
Ich stimme zu, dass meine Angaben gespeichert und verarbeitet werden dürfen.*
Abbrechen
Antwort abschicken
Kommentar abschicken
Weitere laden