Anne Cuneo : Journaliste, cinéaste et écrivain.

6 septembre 1936 – 11 février 2015.

 

Tourné le 4 März 2013 à Genève.

http://www.plansfixes.ch/films/anne-cuneo/

 

> Son nom se prononce en français comme s’il était écrit avec é. Mais au début, la jeune fille a grandi en Italie et son nom était parlé comme Anna Couneo. Le dernier jour de la Seconde Guerre mondiale, les partisans se battaient encore dans son village avec les troupes allemandes. Son père a été tué. L’orpheline de huit ans a passé de la culture italienne à la culture française. Septante ans plus tard, elle a reçu sous le nom d’Anne Cuneo (parlé avec é) le titre de Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres (2008) et de Commandeur de l’ordre national du Mérite (2013), les deux titres attribués par la République Française. <

 

Longue et impressionnante est la liste des œuvres que le site allemand de Wikipédia énumère sur Anne Cuneo. Il mentionne son travail de metteur en scène. Elle a réalisé « plus de dix autres documentaires » après un premier en 1980. Le chapitre des récits et romans contient 32 titres. Wikipédia français répertorie quatre films et deux pièces de théâtre. La version anglaise contient onze films. En outre, diverses productions théâtrales ne sont même pas mentionnées.

 

Dans sa rencontre avec les Plans Fixes, Anne Cuneo raconte maintenant de manière vivante, charmante et franche, comment tout est arrivé – quand on lui a diagnostiqué un cancer du sein (les médecins ne lui ont donné que quelques mois, deux ans tout au plus) ; quand elle a dû craindre de devoir quitter sa fille adoptive au même âge que celui où elle avait perdu son père ; quand elle était au chômage en tant que journaliste parce qu’elle était sur la liste noire pour être conquise par le régime cubain. À cette époque, ce qui lui a permis de s’en sortir, ce sont trois qualités qui l’avaient déjà aidée dans les internats catholiques stricts dirigés par des « religieuses méchantes » (Anne Cuneo).

 

Première qualité : Anne Cuneo est débrouillarde, c’est-à-dire rusée, adroite, capable de prendre la vie par le bon bout. Une personne débrouillarde peut s’en sortir dans les cas où les autres échouent. Il suffit d’avoir la perception rapide.

 

Cette deuxième qualité, cependant, ne peut être achetée. Elle est un cadeau des bonnes fées. Et elles ne l’apportent pas au berceau de tout le monde. Mais Anne Cuneo l’a reçu. Cela se voit à la façon dont la petite Italienne a appris le français : sa maîtresse de Lausanne lui a donné Les Trois mousquetaires, et après trois mois, la fille savait le roman par cœur.

 

Chaque fois qu’une occasion se présentait à elle, Anne Cuneo a profité de sa perception rapide. Dans les emblèmes baroques, la bonne occasion est représentée comme une femme nue, huilée, assise sur une roue. La roue symbolise la vitesse à laquelle elle passe. Le corps nu et huilé montre à quel point il est difficile de la saisir. Même sa tête est chauve. Sur son front, cependant, une touffe de cheveux pousse, comme une queue de cheval. C’est là que nous pouvons saisir l’occasion – quand elle approche, non pas quand elle passe.

 

Nos ancêtres croyaient donc qu’aucun homme n’est sans chance. Chacun a son occasion, au moins une fois. Mais il faut être leste. (Notons en passant que la paresse est considérée comme un péché mortel par l’Église catholique.) Notre regard doit se porter sur ce qui vient et ne pas se laisser distraire.

 

Il n’est pas difficile d’imaginer à quel point notre situation serait différente si les créateurs de l’Anthropocène étaient plus attentifs à ce qui arrive et trouvaient la force de s’y attaquer. L’extinction des espèces, la catastrophe climatique, le réarmement, la guerre et la surpopulation n’auraient plus aucune chance.

 

La troisième qualité qui a aidé Anne Cuneo dans sa vie et dans son travail (jusqu’aux titres de Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres et de Commandeur de l’ordre national du Mérite) est son intrépidité. À chaque occasion qui se présentait à elle, que ce soit sous la forme d’un sujet pour un roman, d’une opportunité d’emploi ou d’une offre de relation, elle répondait : Essayons.

 

C’est avec cette attitude qu’elle est arrivée au cinéma. Une recherche à la télévision l’a amenée aux romans policiers avec le détective privé Marie Machiavelli. L’écriture de pièces radiophoniques lui a montré le chemin pour ses pièces de théâtre. Et le diagnostic du cancer du sein l’a amenée à son autobiographie.

 

Cependant, l’information la plus étonnante sur Anne Cuneo ne se trouve pas dans ses œuvres, ni dans les entrées françaises, allemandes ou anglaises de Wikipédia. - À la fin de l’enregistrement des Plans Fixes, cette femme qui a travaillé toute sa vie comme écrivain, journaliste et metteur en scène, répond à la question ce qu’elle ferait si elle avait 25 ans : « Je ferais des études d’ingénieur en informatique. »

 

À l’âge de 77 ans, Anne Cuneo professe avec ferveur sa fascination pour les mathématiques, qui lui on cependant été défendues dans sa jeunesse parce qu’il n’était pas approprié pour une fille d’étudier les matières MINT (spécialement pas dans une école catholique). Donc, la prochaine fois que nous reviendrons au monde, nous verrons si Anne Cuneo se présentera à nous comme ingénieur.

 

Entretemps, prions pour que nous ne dormions pas quand la bonne occasion se présentera à nous pour prendre le chemin de la vie accomplie.

33 Views
Kommentare
()
Einen neuen Kommentar hinzufügenEine neue Antwort hinzufügen
Ich stimme zu, dass meine Angaben gespeichert und verarbeitet werden dürfen.*
Abbrechen
Antwort abschicken
Kommentar abschicken
Weitere laden
Dialog mit Abwesenden / Réponses aux Plans Fixes