Georges Peters : Médecin, pharmacologue et politicien.

25 janvier 1920 – 27 janvier 2006.

 

Tourné le 5 février 1997 à Lausanne.

http://www.plansfixes.ch/films/georges-peters/

 

> Iéna – Istanbul – Londres – Iéna – Mayence – New York – Lausanne. En parcourant ce trajet, Georges Peters est devenu médecin, pharmacien et professeur de médecine. Après avoir acquis la citoyenneté suisse à Lausanne et donc pu se considérer comme citoyen du monde et du canton de Vaud, il devient, en tant que socialiste, membre du parlement municipal, puis du parlement cantonal. Dans tous ces lieus, cependant, il s’élève contre le capitalisme, l’injustice, l’inégalité et le racisme. <

 

Georges Peters appartient au genre de célébrité qui n’a pas de difficultés à l’école et obtient les meilleures notes dans toutes les matières. Mais elle donne souvent du fil à retordre aux enseignants. Selon les termes de l’ancien professeur de pédagogie bernois Jakob R. Schmid, elle résiste à tout « ce que veut une opinion répandue, une mentalité dominante ».

 

L’ « élite » est définie, selon Schmid, par le groupe d’individus indépendants et résistants « qui ‹ font › les opinions et façonnent la mentalité dominante, même en petits groupes de personnes. – Ce sont ceux qui sont généralement reconnus comme de fortes personnalités dès leur jeunesse. Ce sont ceux avec lesquels de nombreux éducateurs n’aiment pas traiter... Mais aujourd’hui, l’éducation doit avant tout vouloir traiter avec eux. »

 

Dans les années 1930, lorsque Georges Peters fréquentait le lycée d’Iéna, la « mentalité dominante » prêchait l’antisémitisme, la haine de la France, le revanchisme et le culte du Führer. En signe de confession, les maisons étaient décorées avec des symboles nazis. Seule la maison d’où venait Georges Peters, comme deux autres, portait les couleurs noir, rouge et or. Cette provenance l’a marqué dès le début.

 

En tant qu’anti-nazi, il entra en contact avec la jeunesse communiste. À 17 ans, en 1937, il obtint son bac. Lors de la cérémonie, le recteur avait l’habitude de nommer la branche que le diplômé avait l’intention de poursuivre. Afin de l’ennuyer, Georges Peters nomma comme profession qu’il souhaitait exercer : rabbin.

 

En réalité, jusqu’à cette époque, il ne s’était jamais considéré comme un juif, tout comme son père, professeur de physiologie. « Mais quand les Juifs sont attaqués, je me sens comme un Juif ; et quand les Noirs sont attaqués, je me sens comme un Noir », explique le septuagénaire lors de l’enregistrement des Plans Fixes.

 

Le danger a augmenté. Il était temps pour les Juifs d’Iéna de partir. Le père et le fils ont quitté le Reich ensemble. À Vienne, un an avant l’ « Anschluss », Georges fait le tour des ambassades jusqu’à ce qu’il reçoive un visa de la Turquie – et plus que cela : l’autorisation d’étudier la médecine, y compris une bourse.

 

À Istanbul, il arrive dans une université où de nombreux émigrants enseignent, comme Erich Auerbach, qui y écrit son étude fondamentale Mimésis : la représentation de la réalité dans la littérature occidentale – chez Amazon « Prime : Recevez-le dans une semaine, livraison à 0,01€ par Amazon. Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement). Moyenne des commentaires client: *****. »

 

 A partir de la deuxième année, les étudiants en médecine sont envoyés chez les patients. À cette fin, Georges Peters doit apprendre la langue du pays en toute hâte. Et aussi les manipulations médicales de base : obstétrique, extraction de dents, soins des plaies, chirurgie...

 

Lorsqu’il rentre en Allemagne en 1947, à l’âge de 27 ans, il est harcelé par des offres de poste de professeur de médecine. En tant qu’émigrant et anti-nazi, il correspond au « profil » que cherchent les vainqueurs. Mais Georges Peters estime que ses qualifications ne suffisent pas pour une chaire, et il se tourne vers la recherche pharmaceutique à Mayence. À quarante ans, elle le conduit à New York comme professeur assistant et, deux ans plus tard, à l’Université de Lausanne. Il y devient rapidement professeur titulaire et dirige l’institut de pharmacologie pendant vingt ans jusqu’à sa retraite.

 

L’indépendance, c’est-à-dire la résistance, reste sa marque de fabrique. En 1968, les étudiants rebelles se rassemblent dans son institut, soutenus par l’assistante principale, la femme de Georges Peter. « J’étais de leur côté », explique l’homme dans le film. « Les collègues ne m’ont pas fait de problèmes. Au contraire, certains sont venus me voir pour se protéger, par peur des étudiants. »

 

Sans équivoque, Georges Peters critique l’industrie pharmaceutique. Il dénonce le capitalisme, l’injustice, l’inégalité et le racisme qui, à ses yeux, imprègnent la profession médicale. Il le fait gaiement, car il pense que le cours du monde va, non, doit se diriger vers la justice. – Sa fille > Solange Peters, aujourd’hui également professeur de médecine à l’Université de Lausanne, également membre du Parti socialiste, également conseillère (temporaire) de la ville de Lausanne et du canton Vaud, exprime les mêmes préoccupations dans son portrait des Plans Fixes, 21 ans après celui de son père, avec les mêmes mots.

 

Jakob R. Schmid résume la situation en disant que « l’éducation vise la capacité optimale de l’enfant à façonner ‹ correctement › sa vie ; la capacité optimale à façonner sa vie signifie y donner un sens. Ainsi, le véritable objectif de notre éducation est que chaque jeune soit capable de mener une vie culturellement favorable. Et cela signifie que, selon les possibilités qui lui sont offertes, notre élève doit devenir capable de façonner la vie de telle sorte que les valeurs sur lesquelles repose la reconnaissance de notre culture se voient accorder la place qu’elles méritent. »

 

En termes plus simples : Faites le bien et laissez le mal derrière vous ! Résistez au défaitisme moral qui, selon Schmid, s’exprime dans l’attitude : « Les gens sont comme ça. Nous ne pouvons pas changer le monde. » Ce n’est pas vrai !, protestent le père et la fille dans leurs portraits des Plans Fixes, tournés en 1997 et 2018. 

15 Views
Kommentare
()
Einen neuen Kommentar hinzufügenEine neue Antwort hinzufügen
Ich stimme zu, dass meine Angaben gespeichert und verarbeitet werden dürfen.*
Abbrechen
Antwort abschicken
Kommentar abschicken
Weitere laden
Dialog mit Abwesenden / Réponses aux Plans Fixes [-cartcount]