Michel Logoz : Ambassadeur du vin.

15 novembre 1929 –

 

Tourné le 13 juin 2012 à Lausanne.

http://www.plansfixes.ch/films/michel-logoz/

 

> On ne se lasse pas d’écouter Michel Logoz. Pourtant, le terrain dont il parle ne mesure que 9 × 12 cm. Il a conçu 30 000 parcelles de ce type au cours de sa vie. Et tous ceux qui ont déjà eu une bouteille de vin sur la table devant eux ont rencontré les œuvres de Michel Logoz. Car il a créé les étiquettes les plus importantes pour le commerce du vin suisse. Maintenant, il parle de l’artisanat et de la philosophie. <

 

Une fois de plus, quelqu’un se souvient d’une vie bien remplie, même s’il lui manquat les moyens pour aller au gymnase – les moyens, c’est-à-dire : l’argent. (Pas l’intelligence.) A Huttwil, le fils de cheminot Rudolf Röthlisberger qui aurait aimé étudier la littérature, a dû faire un apprentissage de service de gare. Malgré cela, il s’est mis à écrire : des rapports, des dépliants, des brochures, mais aussi, secrètement, des poèmes. A partir de 34 ans, il a dirigé la Société de navigation du lac de Bienne. Lorsqu’il a pris la retraite, le Bund a noté : « Un philosophe quitte son poste. »

 

Le fils de boulanger, Hans G. Wägli, a connu un sort similaire. Il a perdu son père à l’âge de douze ans. À l’âge de 15 ans, il a dû suivre un apprentissage de service de gare (car le train était synonyme de sécurité). Et là, il a commencé à écrire : des rapports, des dépliants, des communiqués, mais aussi des brochures. Sa première : La Navigation sur l’Aar, jadis et aujourd’hui (Aareschiffahrt einst und jetzt). Son œuvre la plus célèbre dans la guilde des passionnés de chemins de fer est le grand et le petit Wägli, c’est-à-dire : Schienennetz Schweiz et Bahnprofil Schweiz CH+. hgw a quitté les CFF comme chef du service de presse.

 

Pesche (Peter), l’un des six enfants de Traugott Merz, chef de gare à Wiggen (plus tard à Trubschachen), a commencé un apprentissage de typographe à Pontresina à l’âge de 16 ans, et il a pris sa retraite aux CFF en tant que chef de communication pour les grands projets. Dans cette fonction, il a coordonné huit campagnes de vote nationales : entre autres pour Rail 2000, pour les NLFA, pour le maintien de l’ouverture des magasins dans les gares. Toutes ces votations ont été un succès. Mais l’œuvre véritable de Pesche, ce sont les tableaux. Le livre qui leur est consacré parle de leurs « formes naturelles en couleurs pures » (Natürliche Formen in reinen Farben).

 

Michel Logoz, immortalisé par les Plans Fixes, a fait un apprentissage comme agent d’affaires à Lausanne. Selon le vœu du père, le fils devait se trouver sur terre ferme en cas de crise. Car le père avait fait de grandes pertes en 1929, l’année de naissance de Michel ; et de nouveau en 1939, année de la mobilisation générale. La mère avait été obligée de travailler. Pour donner un pied au garçon, les parents l’ont inscrit dans des associations chrétiennes, dont l’Union chrétienne. Devant la caméra des Plans Fixes, l’octogénaire confesse qu’il a toujours vécu en Dieu, et Dieu en lui.

 

Michel Logoz a également écrit : Des rapports, des comptes rendus, des brochures – et la somme de ses expériences : En Habillant le vin. A Tübingen, le livre est sorti en 1984 sous le titre : Weinetiketten aus aller Welt. La maison Oldrich Hrdina PHV Verlag & Antiquariat à Offenbach am Main explique :

 

Textes sur trois colonnes parallèles en français, allemand et anglais. Illustré en couleur avec des centaines et des centaines d’images d’étiquettes, de bouteilles (formes) et autres. Fermement relié en lin rouge vin avec une belle vignette de couverture dorée et un titre au dos. Veste anti-poussière originale illustrée et colorée. Copie impeccable. * Le premier ouvrage sur ce sujet présenté par un expert offre un aperçu complet de la conception et de la mise en page des étiquettes de vin. Un guide indispensable pour les graphistes, les designers et les spécialistes de la publicité, mais qui ravira aussi tous les amateurs de vin. Prix : 16 euros.

 

Pour s’imposer dans le monde du vin, Michel Logoz n’a jamais cessé d’apprendre. Après son apprentissage commercial, son parcours le mène à la librairie universitaire de Genève. Il y travaille comme vendeur pendant deux ans et commence à comprendre les lois d’une entreprise qui fonctionne bien. Le certificat de travail de son employeur indique : « Michel Logoz a l’étoffe d’un entrepreneur. »

 

Ce que cela signifie a été décrit par l’économiste Hermann Simon un demi-siècle plus tard dans son étude sur les Hidden Champions, c’est-à-dire ces petites et moyennes entreprises exceptionnellement prospères qui pourraient beaucoup apprendre aux grandes.

 

Voici trois aspects :

 

Il est assez typique pour les Hidden Champions que les principes de l’entreprise ne soient pas écrits. L’important est que les valeurs soient acceptées et vécues.

 

La culture d’entreprise des Hidden Champions est fortement axée sur la performance. Dans notre échantillon, environ deux tiers des répondants ont attribué le succès à l’ensemble de l’équipe et à sa composition, tandis qu’un tiers seulement a considéré la performance individuelle comme la principale cause de succès.

 

Le style de gestion est autoritaire, centralisé, voire dictatorial en ce qui concerne les principes et les valeurs fondamentales de l’entreprise. Une fois qu’une décision a été prise, il n’y a plus de discussion sur les aspects fondamentaux tels que l’objectif commercial, les objectifs stratégiques, l’orientation du marché, la qualité ou le service. Ces valeurs fondamentales sont décidées et ordonnées – de haut en bas. Il existe toutefois une marge de manœuvre suffisante pour la participation individuelle ou collective dans la manière dont ces principes sont exécutés et mis en œuvre. Les employés des Hidden Champions sont généralement confrontés à beaucoup moins de règles et de règlements individuels que les employés des grandes entreprises.

 

Selon Hermann Simon, les Hidden Champions comprennent les entreprises Gerriets (cent pour cent de part de marché mondiale pour les grands rideaux de scène), Baader (nonante pour cent de part de marché mondiale pour les machines de traitement du poisson) et Hein (cent pour cent de part de marché mondiale pour les boîtes à bulles de savon appelées Pustefix).

 

L’imprimerie Roth & Sauter à Lausanne a également vécu selon le modèle des Hidden Champions lorsque le père de Michel Logoz y était responsable du département commercial. L’entreprise a notamment produit des étiquettes pour le commerce du vin suisse. Lorsque l’employé responsable de ce domaine est mort subitement, le patron est entré dans le bureau du père Logoz : « Cette nuit, le Saint-Esprit m’est apparu. Il m’a dit que je devais nommer Michel comme ambassadeur du vin. Amenez-le! »

 

C’est ainsi que la providence a conduit Michel Logoz à la culture du vin, et son travail a été béni. Sous l’égide de Michel Logoz, Coop, Provins et d’autres distributeurs ont conçu toute leur gamme de vins. Il a créé 30’000 étiquettes.

 

Michel Logoz est passionnant, surtout quand il commence à expliquer la philosophie de son métier. On voit surgir la multitude des facteurs qui façonnent le périmètre de 9 × 12 cm, et l’étiquette du vin devient un microcosme. Une fois de plus, le gymnase ne fait pas tout. Pour un parcours de vie heureux, l’apprentissage suffit. Le facteur décisif est l’esprit ouvert, et non le type d’école.

 

200 Views
Kommentare
()
Einen neuen Kommentar hinzufügenEine neue Antwort hinzufügen
Ich stimme zu, dass meine Angaben gespeichert und verarbeitet werden dürfen.*
Abbrechen
Antwort abschicken
Kommentar abschicken
Weitere laden
Dialog mit Abwesenden / Réponses aux Plans Fixes [-cartcount]