Ruth Dreifuss : Conseillère fédérale – Du social au politique, pour une politique sociale.

9 janvier 1940 –

 

Tourné le 21 avril 1995 à Berne.

Ruth Dreifuss – Association Plans Fixes

 

> Il n’est pas habituel qu’un conseiller fédéral en exercice reçoive un monument. Mais Ruth Dreifuss est d’abord une femme (la deuxième après Elisabeth Kopp, qui, comme on le sait, a dû démissionner à cause des affaires de son mari) et ensuite la première personne de confession juive à occuper un siège au sein de l’exécutif de la Confédération suisse. Pour cela, Ruth Dreifuss est maintenant honorée d’être incluse dans les Plans Fixes. <

 

Combien de fois est-il arrivé qu’un conseiller fédéral ait fait pencher la balance en faveur du référendum en participant à l’Arena, l’émission politique de la télévision suisse alémanique ? Ruth Dreifuss y est parvenue : en 1994, elle est entrée en lice contre les représentants des caisses d’assurance maladie et les partisans du néolibéralisme devant les caméras en marche pour défendre son projet de loi, la loi sur l’assurance maladie. Elle a eu du mal. Les experts et les parlementaires l’ont attaquée de front. Plus le débat a duré, plus les votes sont devenus passionnés. Ruth Dreifuss formait l’objet de haine au milieu de l’arène, et, sans protection, elle était exposée aux attaques des opposants.

 

Elle ne s’est cependant pas laissée déconcerter. Elle a repris les arguments de ses adversaires de manière claire et objective et les a réfutés avec sang-froid. Cette attitude était si provocante pour les représentants bourgeois qu’ils avaient la mousse aux lèvres. Mais rien ne leur aidait : Les hommes auraient tout aussi bien pu appuyer leurs bras sur la Grosse Fluh, un bloc erratique de 1200 mètres cubes, le plus grand au nord des Alpes sur le territoire de la municipalité de Steinhof (SO). Seule, petite et modeste, Ruth Dreifuss n’a jamais faibli durant la rencontre. « Je n’ai, explique-t-elle, pas d'ennemis, seulement des adversaires. Quand je les entends parler, je suis curieuse de comprendre ce qui les fait vibrer et ce qui les motive. » (N.B. C’est par cette attitude qu’on acquiert la supériorité.)

 

Le jour du vote, l’effet de l’apparition de la Conseillère fédérale devenait évident : la loi sur l’assurance maladie fut approuvée avec 51,8 % des voix en faveur. Les évaluations ont montré que la responsable du département avait convaincu l’électorat suisse alémanique de la qualité du projet de loi par son ton calme. Ce n’étaient donc pas les arguments, mais la compétence de la conseillère fédérale qui fut déterminante : les propos de Ruth Dreifuss – indépendam­ment de leur exactitude factuelle – avaient semblé plus crédibles pour le public que l’argot des experts.

 

L’émission de l’Arena a ensuite été incluse dans les programmes de formation des experts en communication et des attachés de presse. Entre-temps, la recherche sur les compétences se mit à prouver le rôle décisif de l’effet de l’apparence : Les gens ont généralement un sentiment sûr de l’authenticité de l’autre personne, surtout si la rencontre s’étend sur une longue période.

 

Ces déclarations sont devenues particulièrement explosives lorsque l’évaluation de l’enseignement a commencé à entrer dans le système éducatif. C’est alors que, à l’horreur de ceux qui enseignaient, la question a été posée à ceux qui apprenaient : « L’instituteur / docent / professeur, est-il compétent ? » Les instituteurs / docents / professeurs se sont écriés : « Les élèves / apprentis / étudiants ne peuvent pas juger cela ! » Cependant, les recherches ont prouvé que « oui, à partir de l’âge de dix ans, les élèves sont capables de juger. N’oubliez pas qu’il y une différence entre le simple fait d’avoir étudié une matière et le fait d’être compétent. Les gens peuvent très bien juger cela, même sans appartenir à la guilde. »

 

L’impression de compétence créée par la rencontre avec Ruth Dreifuss dans le film des Plans Fixes a, si l’on peut dire, deux racines : une pragmatique et une psychologique. La racine pragmatique réside dans le fait que Ruth Dreifuss a montré à plusieurs reprises – d’abord à elle-même, puis aux autres – qu’elle pouvait « le faire » : suivre une école de commerce ; puis passer une école de travail social ; puis exercer la profession pendant deux ans ; à 27 ans, rattraper sa maturité ; puis étudier l’économie ; puis travailler pendant dix ans comme adjointe scientifique à la direction de la coopération et de l'aide humanitaire du département fédéral des affaires étrangères; puis diriger pendant dix ans le Secrétariat général de l'Union syndicale suisse ; puis devenir conseillère fédérale.

 

La compétence dont elle a fait preuve est reconnaissable par le fait que ses déclarations sont toujours simples et compréhensibles et – également dans le film – truffées de confessions surprenantes : « Il s’est avéré que je vivais à une époque où il était à la mode de promouvoir les femmes. » Son clin d’œil le montre : Elle n’est pas du genre à faire de l’esbroufe et de la démagogie. Elle remplit simplement la fonction qui lui est assignée selon les mots du Nazaréen : « Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. »

 

Mais pour que Ruth Dreifuss puisse s’élever au sommet, sa racine pragmatique a dû être nourrie, si l’on peut dire, par sa racine psychologique : le milieu et l’éducation. Membre de la minorité juive née en 1940, Ruth Dreifuss a appris dès l’enfance, « comme tous les Juifs », à être sur le qui-vive. « Tout ce que nous voulions, c’était qu’on nous laisse en paix, afin que nous puissions développer notre tendresse. »

 

L’intérieur de la famille Dreifuss était un lieu de bonne volonté, de respect, voire de paix, prouvant qu’un tel état était possible. L’extérieur, en revanche, était oppressant, dur et hostile. Pour survivre, il fallait développer la sagesse.

 

Cinq difficultés pour écrire la vérité (Bertolt Brecht, 1934) :

 

Beaucoup de persécutés perdent la capacité de voir leurs fautes. La persécution leur paraît le plus grand tort. Les persécuteurs, puisqu’ils persécutent, sont les méchants ; eux, les persécutés, sont persécutés à cause de leur bonté. Mais cette bonté a été battue, vaincue et empêchée, et était donc une faible bonté, une mauvaise bonté, intenable, peu fiable : car il n’est pas convenable de concéder la faiblesse à la bonté, comme l’humidité à la pluie. Dire que les bons ont été vaincus parce qu’ils étaient faibles et non parce qu’ils étaient bons, demande du courage. Bien sûr, la vérité doit être écrite dans la lutte contre le mensonge, et elle ne doit pas être quelque chose de général, de haut, d’ambigu. A ce genre général, élevé et ambigu appartient, après tout, précisément la contre-vérité. Si l’on dit que quelqu’un a dit la vérité, certains ou beaucoup ont dit autre chose, un mensonge ou une généralité, mais s’il a dit la vérité, il a dit quelque chose de pratique, de factuel, d’indéniable, il a dit ce dont il s’agissait.

 

Ruth Dreifuss correspondait à cette ligne pragmatique, qui cherche à réaliser le factuel, l’indéniable, en tant que politicienne, syndicaliste, conseillère fédérale – et en tant qu’enfant : « Celui qui veut aujourd’hui combattre le mensonge et l’ignorance et écrire la vérité, disait Brecht, a besoin de l’art de la rendre maniable comme une arme. »

 

Avec l’arme de la vérité maniable, la jeune fille de onze ans s’est approchée de son professeur antisémite et lui a présenté un cahier dans lequel elle avait écrit, entrecoupé de nombreuses fautes d’orthographe, l’histoire du peuple juif (« un véritable catalogue de martyrs ») : « Pouvez-vous, s’il vous plaît, me corriger les fautes d’orthographe ? » Ruth Dreifuss a récupéré un carnet rouge. Mais le professeur ne l’a plus tracassée. Matthieu 10 : 16 : « Voici, je vous envoie comme des brebis au milieu des loups. Soyez donc prudents comme les serpents, et simple comme les colombes. »

 

57 Views
Kommentare
()
Einen neuen Kommentar hinzufügenEine neue Antwort hinzufügen
Ich stimme zu, dass meine Angaben gespeichert und verarbeitet werden dürfen.*
Abbrechen
Antwort abschicken
Kommentar abschicken
Weitere laden
Dialog mit Abwesenden / Réponses aux Plans Fixes [-cartcount]