François Daulte : Au service de l’Art.

François Daulte : Au service de l’Art.

26 juin 1924 – 18 avril 1998.

 

Tourné le 24 avril 1995 à Lausanne.

François Daulte – Association Plans Fixes

 

> Trois qualités ont porté François Daulte au sommet : modestie, honnêteté, compétence. Avec elles, il s’est recommandé aux grands collectionneurs d’art, qui lui ont ouvert leurs trésors. Il était autorisé à les prendre dans ses mains, à les examiner, à les regarder, à les décrire – pour ses grands catalogues raisonnés. Et il a été autorisé à les emprunter – pour ses grandes expositions. <

 

Pour la plus grande exposition que François Daulte ait réalisée, le Premier ministre français est arrivé, incognito et sans s’annoncer, accompagné seulement du ministre de la Culture, André Maurois. Le Baron Rothschild les a ammenés dans son avion privé. Georges Pompidou a contemplé les œuvres de manière intensive, pour décider à la fin : « Nous devons montrer ça à Paris ! ». Trois ans plus tard, les tableaux étaient accrochés à l’Orangerie. La célèbre exposition s’appelait : De Manet à Picasso.

 

François Daulte n’a pas encore quarante ans lorsqu’il est mandaté par le Conseil fédéral pour présenter les trésors des collections privées suisses à l’Exposition nationale de 1964 (Expo). Désormais, pendant deux ans, le docteur en histoire de l’art passe en train ( ! ) deux jours par semaine à rendre visite aux propriétaires pour leur expliquer le concept de l’exposition et les motiver à rendre leurs objets accessibles. Dans ce processus, François Daulte bénéficia de trois qualités cardinales qu’il a acquises à son foyer protestant : la modestie, l’honnêteté et la compétence. Elles lui ouvrirent les maisons, les coeurs et les collections.

 

À cette époque, les collectionneurs d’art étaient encore des passionnés. Ils acquirent des peintures non pas dans un but d’investissement, mais dans un but de contemplation, d’étude et de plaisir esthétique. Ils aimaient discuter des œuvres avec leurs amis et leurs proches.

 

Les membres de la famille et les domestiques furent éduqués pour connaître et admirer les peintures. François Daulte cite l’exemple du Dr. Hahnloser à Winterthur. Un historien de l’art berlinois se présenta à sa porte. Mais il n’y avait personne pour le guider dans qu’une vieille servante, et le professeur dut se contenter d’elle. Mais au cours de la visite, elle expliqua la valeur et la particularité de chaque objet avec une telle connaissance qu’à la fin, le connaisseur s’est exclama : « Quand je rentrerai à Berlin, je veillerai à ce que mon université vous décerne le docteur d’honoris causa ! »

 

François Daulte a vécu une expérience similaire. Il n’était pas encore à l’école que sa mère l’initiait déjà à l’art : elle lui expliquait les images bleues sur les carreaux du poêle, sur lesquelles étaient représentées les Fables de La Fontaine. A cette occasion, il apprit :

 

Maître Corbeau, sur un arbre perché,

Tenait en son bec un fromage.

Maître Renard, par l’odeur alléché,

Lui tint à peu près ce langage :

« Hé ! Bonjour monsieur du Corbeau.

Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau ! »

 

Lorsque François était en vacances chez sa grand-mère française, elle l’emmenait tous les dimanches au musée d’art de Montpellier. Ils parcoururent d’abord les tableaux anciens, puis s’arrêtèrent devant Courbet et Bazille.

 

Le tableau de Gustave Courbet montre le peintre arrivant devant les murs de Paris. Un mécène le salue lorsqu’il quitte la diligence. La scène porte le titre : « La richesse s’incline devant le génie ».

 

C’est avec Frédéric Bazille (pionnier de l’impressionnisme, ami de Courbet, tué dans la guerre franco-allemande à l’âge de 29 ans) que François Daulte constate pour la première fois la transformation des couleurs par le contexte. Il décide de se mettre au service de ce peintre. Après avoir obtenu son doctorat en histoire à l’Université de Lausanne et son diplôme à l’École du Louvre à Paris, sa première publication est un catalogue raisonné des œuvres de Bazille.

 

Il est suivi par les catalogues de Sisley et de Renoir. A cette heure, la librairie ancienne Jürgen Fetzer à Vienne propose le catalogue Renoir :

 

Première édition. Exemplaire numéroté. Travail standard indispensable. * Avec une bibliographie, une liste biographique des modèles identifiés et un index. Aucun autre volume n’a été publié à ce jour. Langue : français Poids en grammes : 3500 4°. 429,3 p.

 

Prix : 1850 €. Expédition vers la Suisse : 40 €.

 

Dans sa conversation avec Bertil Galland, l’homme de 71 ans, qui a réalisé deux cents expositions (dont 54 au Japon), explique qu’il a pris sa retraite anticipée en tant que directeur de la Fondation de l’Hermitage de Lausanne afin de terminer le catalogue Renoir. Il espère qu’il y arrivera. Le peintre a laissé derrière lui plus de quatre mille tableaux. Mais François Daulte décède à l’âge de 73 ans.

 

Et pourtant, le fils du professeur de théologie lausannois Philippe Daulte et d’Alice née Mourgue-Molines, a rempli la mission de sa vie – au sens du recueil de Goethe : Le collectionneur et les siens :

 

« Vous êtes donc fidèle aux principes traditionnels selon lesquels la beauté est le but ultime de l’art ? »

« Je n’en connais pas de plus élevé », ai-je répondu.

« Pouvez-vous me dire ce qu’est la beauté ? » s’est-il exclamé.

« Peut-être pas ! » ai-je répondu, « mais je peux vous le montrer. »

 

16 Views
Kommentare
()
Einen neuen Kommentar hinzufügenEine neue Antwort hinzufügen
Ich stimme zu, dass meine Angaben gespeichert und verarbeitet werden dürfen.*
Abbrechen
Antwort abschicken
Kommentar abschicken
Weitere laden
Dialog mit Abwesenden / Réponses aux Plans Fixes [-cartcount]