Roger Jendly : Jouer avec le sérieux d’un enfant qui s’amuse.

8 mars 1938 –

 

Tourné le 27 octobre 2017 à Renens VD

http://www.plansfixes.ch/films/roger-jendly/

 

 

> Plus la conversation dure, plus une caractéristique apparaît clairement pour laquelle Luther, en traduisant la lettre de Paul aux Galates, a dû créer un mot spécial : Sanftmut (la douceur) (5, 22). Cette qualité n'existe pratiquement pas dans le monde. Mais au théâtre, oui. Surtout chez les acteurs - les grands. Roger Jendly leur appartient. <

 

La plupart des acteurs doux ont une chose en commun : une jeunesse modeste et très éloignée de la culture. Ainsi, le père de Roger Jendly dirigeait une petite imprimerie à Fribourg. Sa mère s'occupait du bureau et de la comptabilité. Quand il y avait beaucoup à faire, les fils devaient aider à l'atelier. Et ils ont été mis dans leurs bottes très tôt : « Ne fais pas l'important ! » C'est l’admonition que les garçons ont entendu, très tôt, de leurs professeurs. Et ils l'ont retrouvée écrite à l'encre rouge dans leur cahier de rédaction.

 

Les enfants fribourgeois ont appris à connaître le théâtre en se déguisant et en jouant. D'abord à l'animation de quartier, puis au scoutisme. Et déjà, Roger Jendly éprouvait une telle satisfaction qu'il a réalisé : C'est mon monde ! C'est ici que j'appartiens ! Même si la famille a dit : Tu dois d'abord apprendre quelque chose de sérieux !

 

A quinze ou seize ans, il a entendu l’appel du théâtre. Il n'a jamais faibli depuis lors. Même à quatre-vingts ans, au moment de l'enregistrement, Roger Jendly ne pense pas à arrêter. Que devrait-il faire à la place ? Arroser les géraniums ? S’occuper des petits-enfants ? Alors que c’est au théâtre qu’on trouve la vie !

 

« Il y a beaucoup de routes qui mènent à Rome. Cela veut dire aussi qu’il y a beaucoup de sortes de bonheur. Là où un chardon fleurit pour l'un, les roses fleurissent pour un autre. Le bonheur consiste à se tenir là où l'on appartient par nature. Même la vertu et la moralité s'y effacent ». Cette vérité, Fontane l'a expliquée au rédacteur des "Westermanns Monatshefte". Et à sa femme, il a écrit : « Un bon mendiant vaut autant qu'un bon roi : tout n'est que jeu ».

 

Parce que c’est ainsi que les choses se trouvent dans la vie – et sur scène – Roger Jendly n'a pas besoin de se gonfler dans la conversation. Il n'a qu'à dire ce qu'il a fait et avec qui. Les noms des metteurs en scène de théâtre et de cinéma sont assez impressionnants : Benno Besson, Luc Bondy, Jorge Lavelli, Michel Piccoli, Jean-Luc Godard, Alain Tanner, Claude Goretta, Michel Soutter ... Avec eux, il a pu jouer. En d'autres termes : à travers leurs productions, il a pu trouver, une seconde, une troisième, une centième... une cent quatre-vingtième vie. Dans cette multiplication de leurs biographies à travers les époques et les temps, les grands acteurs doux éprouvent l'attrait du théâtre.

 

« Peut-être que ça me convient que je ne sois pas une personnalité », m'a expliqué l'acteur dialectal Paul Born lorsqu'il est devenu célèbre dans dans les années 1980 grâce à une douzaine d'enregistrements télévisés. « Vous savez, quiconque a une personnalité joue une sorte de rôle dans la vie. Et en jouant le même rôle pendant des années, les gens arrivent à la conclusion : Oui, Monsieur X., il a une personnalité ! Mais  moi, je n'ai pas de personnalité. Cela me permet de me mette plus facilement dans la peau d'un autre. »

 

Paul Born savait, comme tous ses collègues, que la douceur et la modestie sont une condition de l'art pour l’art théâtral : « Pour se glisser dans la peau d'un autre, il faut aimer les gens », explique Paul Born (et à sa place pourraient aussi se trouver les noms de Gerd Voss, Robert Meyer, Martin Leutgeb ou Peter Uray). « En fait, je suis amical avec tous les gens, même ceux que je n'aime pas particulièrement. J'apprécie tout le monde tel qu'il est, en tant que personne. Même quelqu'un qui a été envoyé en prison a ses bons côtés ».

 

Mais pour que le jeu sur la scène trouve sa qualité, il faut encore de la folie et de l'humour. C'est ainsi que naissent les grandes réalisations caustiques, c'est-à-dire des réalisations qui sont à la fois bien définies et pleines de vie.

 

« Le Franzel derrière le poêle est d'autant plus satisfait de la chaleur qu'il voit Hansel dehors souffler dans ses mains rougeâtres. Pour l'usage public, cependant, je n'ai utilisé que des Hansels fantastiques. Vous pouvez aussi les rendre plus adaptés à vos besoins et les laisser faire et dire ce que vous voulez », a expliqué Wilhelm Busch, qui a anticipé le théâtre grotesque dans ses histoires en images. « Une telle créature peut facilement se libérer de la loi de la gravité et, surtout si elle n'est pas belle, peut supporter beaucoup avant que nous soyons blessés. »

        

Dans ces conditions, le cinéma, la littérature et le théâtre deviennent un miroir. Et c'est dans leur mélange d'horreur et de plaisir que réside leur attrait. Wilhelm Busch à nouveau :

 

De leur vivant, Max et Moritz n’ont pas fait de joie,

Maintenant, vous suivez leurs exploits

Avec des gloussements enjoués,

Parce que vous êtes à l'abri d'eux.

 

Dans la conversation avec les "Plans Fixes", Roger Jendly parcourt avec élégance les abîmes de son art, et à travers lui, ils obtiennent un visage amical. "Heureux les débonnaires, car ils hériteront la terre." (Matthieu 5:5)

206 Views
Kommentare
()
Einen neuen Kommentar hinzufügenEine neue Antwort hinzufügen
Ich stimme zu, dass meine Angaben gespeichert und verarbeitet werden dürfen.*
Abbrechen
Antwort abschicken
Kommentar abschicken
Weitere laden
Dialog mit Abwesenden / Réponses aux Plans Fixes